Le sentier botanique

Ce sentier botanique de plantes méditerranéennes se devait de répondre aux exigences d’une gestion 100% naturelle et aux nouvelles conditions climatiques, sans oublier le mistral qui balaye souvent ce promontoire rocheux. Un défi relevé par Olivier Ricomini, le jardinier de l’abbaye, à l’origine du projet et la botaniste Véronique Mure, spécialiste des paysages de garrigue et des jardins secs.
Le sentier odorant chemine en pente douce depuis la chapelle Sainte-Casarie, puis longe le mur d’enceinte jusqu’aux grandes terrasses qui offrent de ce côté un vaste panorama sur la vallée du Rhône et le mont Ventoux.

Un chantier alliant la flore des garrigues et le travail de la pierre sèche.

Une étape préparatoire a été effectuée durant l’hiver 2018-2019 par Olivier Ricomini. Il a fallu élaguer ce chemin à l’allure sauvage afin de mettre en valeur les sujets remarquables comme un imposant pistachier lentisque ou un grenadier entièrement envahis par les lauriers-tin…
Cette métamorphose a aussi été l’occasion de restaurer de très belles terrasses et murets de pierre sèche grâce à un chantier école mené par les compagnons.

Un chantier école de restauration de restanques par l’association ELIPS

Les murets et terrasses du sentier, appelées restanques en Provence ont été restaurées.

Pour ce chantier, nous avons fait appel à l’École Locale et Itinérante de la Pierre Sèche ELIPS.

Cette association maîtrise les règles de l’art de la pierre sèche dans une approche environnementale contemporaine mais sans oublier l'approche patrimoniale.
ELIPS réunit des compagnons muraillers caladeurs qui transmettent leur savoir ancestral à travers des chantiers ouverts à tous. Assez technique, celui de l’abbaye a rassemblé des professionnels paysagistes et ouvriers du patrimoine ayant déjà une expérience de la pierre sèche.

Ce chantier école, dirigé par le compagnon Yvan Delahaye a duré 3 semaines.

Sans eau, un défi climatique d’actualité

Afin de pérenniser une création botanique sur les hauteurs calcaires du mont Andaon, en gestion 100% naturelle, le choix des essences était crucial. « Ces végétaux font partie du cortège des plantes de jardins dits secs qui se mettent au repos en été et fleurissent exclusivement pendant les périodes de redoux : printemps et parfois automne », précise Olivier Ricomini, le jardinier de l’abbaye.
Une palette de plantes rustiques et résistantes à la sécheresse a été proposée par Véronique Mure. « Un arrosage estival est nécessaire la première année pour la reprise des plants, ensuite ce sont les pluies salvatrices qui prennent le relais », explique-t-elle.
Afin d’étoffer la palette végétale existante, telle la barbe de Jupiter, plante arbustive protégée en France, nous avons planté 75 espèces méditerranéennes des plus communes comme l’asphodèle, l’arbousier, le câprier, l’euphorbe, les sédums… Le plus souvent, ces essences sont très aromatiques et possèdent de nombreuses vertus médicinales : comme l’origan, la sarriette de Crête ou l’immortelle.
L’étiquetage botanique des différentes variétés du sentier fut réalisé.
Un paillage minéral, déjà expérimenté en contre-bas de la chapelle, va être prolongé ici afin d’éviter l’évaporation du sol, faciliter le désherbage et adoucir le drainage. Ces nouvelles plantations constituent un test novateur intéressant pour éventuellement être utilisées dans d’autres espaces du jardin à l’avenir.

Projet réalisé grâce à un financement participatif

Nous avons fait appel aux amateurs de nature et de jardins, aux Amis de l’abbaye à travers un financement participatif qui a permis de collecter 60 % du projet sur la plateforme Dartagnans, consacrée à la préservation du patrimoine culturel français.

La pépinière Quissac

Cette pépinière écologique crée en 1998 par Miriam et Fabien Quissac se trouve entre Sommières et Nîmes, dans le Gard, dans la garrigue avec vue dégagée sur le Pic St Loup. Dans ce lieu aride sont aménagés des jardins d’essai. Installé en pleine nature l’affirmation de leur démarche écologique s’impose.

https://www.jardin-ecologique.fr/

La pépinière Filippi

Petite pépinière de production, située à Mèze entre Montpellier et Béziers, est spécialisée dans les plantes adaptées à des conditions difficiles : sécheresse estivale, vent fort, froid occasionnel, embruns en bord de mer, sol pauvre. Passionnés par la botanique et les paysages méditerranéens, Clara et Olivier Filippi animent cette pépinière depuis près de 30 ans.
http://jardin-sec.com/