Plan de situation de l’Abbaye de Saint-André

plan-visite-Gus

1 Circuit historique
Parcours dans les salles voûtées du XIIe.
Projection vidéo et illustrations.
2 Palais Abbatial – Cour d’entrée
Bijou de l’architecture du XVIIe et XVIIIe.
Le rez-de-jardin accueille des expositions temporaires.
3 Jardin à l’italienne
Jardin dessiné dans un style toscan : roseraie, pergola, bassins en miroir…
4 Voûtes du XVIIIe
Imposantes voûtes supportant les terrasses.
Vue unique sur la cité des papes.
5 Musée lapidaire
Exposition des pierres du XIIe au XVIIIe découvertes sur le site.
6 Terrasses
Vue exceptionnelle sur les Dentelles de Montmirail, le mont Ventoux, le Lubéron, les Alpilles et le Palais des Papes.
7 Eglises et cimetière
Vestiges des églises du XIe et XIIe. Tombeaux du Haut Moyen Âge.
8 Chapelle Sainte-Casarie
Chapelle romane érigée au XIe à l’emplacement de la grotte où vivait Sainte-Casarie.
9 Cuisines et infirmerie des moines
Vestiges de l’abbaye construite par la Congrégation de Saint-Maur.
10 Oliveraie

Circuit 1 : Les Jardins

En rez-de-jardin, les salles voûtées du XIIe s’offrent aux visiteurs après une vidéo de l’histoire mouvementée de l’abbaye du VIe siècle à nos jours. Une première exposition de vues anciennes et de plans décrypte les strates passionnantes de ce lieu. Puis l’ancienne cuisine de l’Abbaye avec sa cheminée monumentale, son four à pain et ses tables dressées plonge le visiteur dans le faste des Mauristes du XVIIe. Dans le prolongement, une pièce, réservée à l’histoire des poupées de la fin du XIXe siècle au XXe, dévoile de charmantes dînettes en porcelaine. Ces salles accueillent également des expositions temporaires. Voir programme …

Côté jardins, en quittant la cour principale, dominée par la majestueuse façade, le jardin à l’italienne déroule son parterre toscan. Bassins de pierre de taille où se reflètent vases et sculptures, massifs de roses anciennes, pergolas de rosiers et glycine… Plus loin, un dédale voûté portant une immense terrasse sert de promontoire face au palais des Papes et aux Alpilles. A ce niveau, une allée de cyprès et d’iris bleus qui chemine à travers le champ d’oliviers et les vestiges des églises et de la nécropole, mène à la chapelle romane de Sainte-Casarie (XIIe). Le jardin méditerranéen, plus secret, multiplie les ambiances méditerranéennes. Cistes et coronilles jaillissent des murets de pierres sèches. Des Jardins où l’on se perd avec bonheur espérant découvrir un vestige oublié.

Circuit 2 : Le Palais abbatial

L’escalier monumental se prolonge derrière le lourd portail s’ouvrant sur un hall démesuré donnant accès aux galeries voûtées où l’on peut admirer une succession exceptionnelle de plafonds réalisés d’après les plans de Pierre Mignard, architecte du roi. Dans l’une d’entre elles, un cycle de trois peintures signées Emile Bernard orne les tympans. Nombreuses surprises architecturales ponctuent la visite : immenses colonnes de marbre rose, deux belles arches sauvées du péristyle restituant la finesse du cloître primitif… Et une multitude d’objets et de vaisselles anciennes rassemblés par Roseline Bacou, conservateur en chef au Louvre.

Exposition de Haute Couture des années 1920

A l’étage, une exposition étonnante, conçue par l’ancienne propriétaire, présente la mode des années 20-30 à travers les griffes de grands couturiers : Doucet, Poiret, Lanvin…