AFFICHE HYPER NATURE A3 vectorise

À partir du 5 avril, l’abbaye Saint-André expose, à travers sa 2e exposition temporaire de la saison, les surprenantes images numériques naturalistes de l’écologue Philippe Martin, « Hyper Nature ». Toujours étonnante de réalisme, avec Philippe Martin, la nature est belle, prodigieuse même. Le moindre insecte devient majestueux, grâce au procédé de l’hyper focus qu’il affectionne depuis 2008. Passionné par la faune et la flore de toutes les régions du monde, à commencer par la sienne, celle du Sud de la France, Il tire le portrait de toutes les petites espèces terrestres et aquatiques qu’il rencontre et apprivoise depuis 40 ans. En image numérique mais aussi en aquarelle à travers ses nombreuses illustrations d’ouvrages. Ses planches méditerranéennes vont être accrochées pour la première fois, comme sa dernière série d’images sur les océans. Ce monde subaquatique qui est montré ici sans aucun artifice, ni flash, mais au contraire sous ses vraies couleurs, plongeant le visiteur dans la contemplation du fond des mers en lumière naturelle. En contrepoint de son travail, Philippe Martin a invité l’artiste Frédéric Jaulmes, photographe et ami de toujours. Aussi imprégné de nature que lui, ce plasticien présente une série de sculptures végétales vivantes mêlant sphères terrestres et objets du quotidien colonisés par la nature qui reprend ses droits comme par enchantement.

L’hyper focus, une technique photographique qui titille la curiosité

 

 F Tylopsis 30b
Philippe Martin photographie de petites, voire de minuscules créatures dans leur milieu d’origine dont il est un fin connaisseur. Après avoir arpenté et observé tous les biotopes durant 40 ans pour ces macrophotographies et ses recherches en écologie.

Depuis 2008, il utilise la technique de l’hyper focus (ou focus stacking) qu’il a optimisée par une longue pratique. Ce procédé nécessite jusqu’à 150 prises de vue en rafale selon des profondeurs de champs différentes sur un même individu pour retranscrire chaque détail. Puis, après un travail par logiciel de compilation et de juxtaposition numériques, il obtient une photo composite offrant une netteté quasi parfaite. Presque palpable, proche de la technologie 3D, rendant le moindre insecte, animal ou plante des plus fascinants. La nature est, à travers son objectif, tout sauf ordinaire.
L’abbaye va présenter ces grands formats hyper réalistes ainsi que les minutieuses aquarelles botaniques méditerranéennes dans ses galeries d’exposition mais aussi dans ses jardins.
Véritable portraitiste animalier, Philippe Martin ne poursuit qu’un seul but : émerveiller, faire mieux connaitre cette nature qu’elle soit du Midi ou des forêts

tropicales.gecco Il aspire à jouer un rôle pédagogique auprès du grand public, faire naître des passions et des vocations, afin de préserver ces incroyables richesses.

 

 

 

 

 

 

Les fonds marins sans artifices, en lumière naturelle

 

Hyper Océan couv MD« Les fonds marins comme vous ne les avez jamais vus », nous assure Philippe Martin qui a relevé le défi d’utiliser l’hyper focus pour ses prises de vue subaquatiques. Il a ainsi dû parcourir les mers du globe durant cinq ans : Caraïbes, Panama, Afrique du Sud, Australie, Vanuatu… mais aussi les côtes européennes, à la recherche de beauté méconnue, tout en adaptant son matériel. S’interdisant le flash ou tout objectif qui pourrait altérer ces sujets. Il utilise la lumière naturelle afin de restituer au mieux les couleurs, les formes et les matières de ces paysages marins, entrelacés de coraux, d’anémones, d’algues où se faufilent, étoiles de mer, poissons ou crabes.Hyper ocean Il ne se focalise pas sur les stars de la nature mais sur les espèces discrètes, souvent cachées. En Afrique du Sud, il se souvient d’avoir ainsi « été obligé de pousser du pied les requins, les raies géantes et les otaries, pour réaliser « tranquillement » les images de petits sujets en macrophotographie… » Cette dernière série, montrée en avant-première à l’abbaye va être rassemblée dans un ouvrage intitulé « Hyper Nature – Océans », à paraître chez Biotope en octobre prochain.

Un écologue globe-trotteur

108f Canop Mada 2Philippe Martin enseigne l’écologie scientifique depuis 40 ans. Illustrateur et photographe naturaliste, il est l’auteur de 15 ouvrages La Nature méditerranéenne en France chez Delachaux & Niestlé, Hyper nature Europe, Tropique et bientôt Océans chez Biotope…

Né en 1954, à Constance en Allemagne, il vit, entre ses voyages et ses conférences, dans l’arrière-pays héraultais. Il pratique la macrophotographie depuis tout jeune et expérimente le procédé hyper focus depuis 2008.
Ses images numériques hyper focus ont eu l’honneur des grilles du Sénat, dans les jardins du Luxembourg, en 2015.

Sculptures et sphères végétales par Frédéric Jaulmes

Boule de vie

gilet

Dans « Boules de vie », Frédéric Jaulmes fait un clin d’oeil à la vie et à Dame Nature. Photographe d’art et de design, cet artiste enduit de terre nos objets du quotidien, vestes et vêtement de travail puis laisse la nature envahir l’espace, conquérir pour partie ou laisser à nue la surface selon le lieu et l’air ambiant. L’aléatoire a le droit de cité dans l’oeuvre de Frédéric Jaulmes. Maintenues humides, ses installations font naître, comme par magie, des formes de vie chlorophyllienne inattendues. Des sphères de terre crue recolonisées doivent affronter le béton dans sa nouvelle série « Les Écrasés ».

Plus d’informations sur Philippe Martin